Aide
Faites de nouvelles rencontres sur Rendez-Vous.be
meet, like, love

Messages

Lire le mur
Recherche
Mes messages


Message du Mur

Retour à la liste

Reçu de Vizen 

  Offline

44 ans - Hainaut - Belgique

célibataire - Avec enfants (2)

Chatter avec elle
Ajouter à mes contacts
Mettre en liste noire
Vizen Le 09/04/2019 à 12:48

L'indépendance affective, une supercherie?

« Au début de notre vie et de nouveau quand nous vieillissons, l’aide des autres nous est indispensable. Malheureusement, entre ces deux périodes de notre vie, quand nous sommes forts et capables de prendre soin de nous-mêmes, nous négligeons la valeur de l’affection et de la compassion. Comme notre vie commence et finit avec la nécessité de l’affection, ne vaudrait-il pas mieux pratiquer la compassion et l’amour pour les autres pendant que nous en avons la force ? »
Les mots qui précèdent sont de l’actuel Dalaí-Lama. Il est vraiment très curieux de constater que nous sommes fiers de notre indépendance émotionnelle. Bien sûr, ce n’est pas tout à fait vrai ; nous avons besoin des autres toute notre vie, mais il est « honteux » de le manifester, alors nous préférons pleurer en cachette. Et quand quelqu’un nous appelle à l’aide, cette personne est considérée comme faible, incapable de contrôler ses sentiments.
Il existe une règle non écrite, affirmant que « le monde appartient aux forts», seul « survit le plus apte ». Si c’était vrai, les êtres humains n’existeraient plus, parce qu’ils font partie d’une espèce qui a besoin d’être protégée durant une longue période
Nous sommes dans ce monde. Pour ma part, je continue, et je continuerai toujours, à dépendre des autres. Je dépends de ma femme, de mes amis, de mes éditeurs. Je dépends même de mes ennemis, qui m’aident í conserver mon adresse dans le maniement de l’épée.
Évidemment, il y a des moments où ce feu souffle dans une autre direction, mais je me demande toujours où sont les autres. Me serais-je trop isolé ? Comme toute personne saine, j’ai aussi besoin de solitude, de moments de réflexion.
Mais je ne peux pas m’en rendre malade.
L’indépendance émotionnelle ne mène absolument nulle part, sauf à une prétendue forteresse, dont l’unique et inutile objectif est d’impressionner les autres.
La dépendance émotionnelle, quant à elle, est un feu que nous allumons.
Au début les relations sont difficiles. De même que le feu oblige à supporter la fumée désagréable, qui rend la respiration difficile et arrache des larmes. Mais, une fois le feu allumé, la fumée disparaît et les flammes illuminent tout alentour, répandant chaleur et calme. Éventuellement une braise s’échappe et nous brûle, mais c’est ce qui rend une relation intéressante, n’est-ce pas ?
Paulo Coelho

Répondre à Vizen

   
 
 
Retour à la liste